Condamné à douze ans, Lund n'a pas dit son dernier mot...

— 

Le doute et le manque de preuves n'auront pas bénéficié à l'accusé, Robert Lund. Reconnu coupable de la mort de sa femme, ce Britannique a été condamné à douze ans de réclusion par les Assises de Haute-Garonne pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». La même peine que lors de son premier procès en 1997.

Un coup de théâtre a marqué la dernière journée d'audience. Michel Huyette, le président de la cour, a tout simplement oublié de donner en dernier lieu la parole à l'accusé. Ce n'est qu'après trois heures de délibération que l'erreur a été réparée. Rappelé à la hâte, Robert Lund s'est exprimé brièvement : « Je suis innocent, je n'ai pas tué ma femme. » Les jurés sont ensuite repartis avant de prononcer leur verdict une heure plus tard. Vice de procédure ou simple « formalité omise », l'accusé ne compte pas en rester là. Son avocat Alexandre Parra-Bruguière s'est dit « convaincu » que son client allait se pourvoir en cassation. W

C. B.