La cité du parc encore refroidie

— 

Ils ont été les sans-fenêtres d'AZF, ils ont failli être les sans chauffage de cet hiver. Hier matin, les habitants de la cité du parc ont rendu une visite à la société Elyo, qui menaçait de ne pas rallumer la chaudière de cette copro de 1 000 habitants, souvent aux revenus modestes. Motif : une facture impayée de 40 000 euros. Depuis AZF et la destruction de l'ensemble des logements touchés de plein fouet, la cité est devenue l'emblème des malfaçons et autres arnaques qui en sont consécutives. « Les travaux de réparation ne sont pas finis. Or l'enveloppe dédiée à AZF a été dépassée de 125 000 euros, prélevés sur les comptes de gestion courante de la copropriété, tout ça à cause d'une mauvaise gestion du syndic », assure Jean-François Grelier, au nom des propriétaires. Une expertise doit évaluer si ce montant n'est pas encore plus abyssal. Sans compter les « marchands de sommeil, qui louent leurs appartements très chers, encaissent les charges, mais ne les reversent jamais et ne font pas les travaux », poursuit celui qui fonda, au lendemain de l'explosion de l'usine, le Collectif des sans fenêtres. W