Freescale, entre deux plans sociaux

— 

« Un sentiment d'amertume ». C'est ce qui prédominait hier lors de l'assemblée générale des salariés de Freescale. Les anciens grévistes, de retour à la production des plaques de semi-conducteurs depuis lundi, attendent un signe de la direction. « Elle ne nous a toujours pas fixé de rendez-vous alors qu'elle avait indiqué que si nous levions les piquets dimanche, elle le ferait », souligne Didier Zerbib, délégué CGT. Du côté des principaux intéressés, on assure qu'une réunion aura lieu les prochains jours pour poursuivre la négociation sur le départ des 800 employés concernés par la fermeture du site de production de composants électroniques d'ici 2011. En attendant, 79 salariés de la branche téléphonie mobile, concernée aussi par un plan social, ont reçu leur lettre de licenciement. Ils étaient 236 initialement à voir leur poste supprimé. Mais depuis le 5 octobre, le groupe Intel a repris cinquante ingénieurs qui travaillent sur le site. Les autres sont en formation ou ont retrouvé un emploi selon la direction. W

B. C.