Condamnés à décamper sous huit jours

— 

Ils ont une semaine pour lever le camp. Le juge des référés du tribunal administratif a donné raison à la présidence de l'université Toulouse-1 Capitole. Les Enfants de Don Quichotte, qui attendaient hier après-midi la notification du jugement, doivent quitter l'Esplanade Montaigut. « Nous sommes tout à fait disposés à décamper... A condition qu'on nous donne les clés des logements que nous demandons ou des solutions sérieuses d'hébergement », ironise Louis Quentin, l'un des porte-parole du collectif.

Les Enfants de Don Quichotte se sont installés à la mi-mai, après avoir brièvement campé sur la place du Capitole pour protester contre la non-application de la loi de 2007 sur le Droit au logement opposable (Dalo). Ils ont depuis monté des dossiers, dont six ont, selon eux, reçu un avis favorable de la commission départementale Dalo. Une nouvelle réunion de conciliation est prévue en préfecture cet après-midi. W

H. M.