Enterrement de premières classes

Hélène Ménal

— 

Chahut assuré ce matin devant l'école de Pompertuzat, à une quinzaine de kilomètres de Toulouse. Le village perd une classe de maternelle, les parents ont donc décidé de bloquer les entrées. « Il y a 24 élèves dans cette classe où il en aurait fallu 29. Ils vont changer de maîtresse, désorganiser les autres classes, ça va être la panique », s'énerve Stéphanie Prévot, la présidente du conseil local des parents d'élèves FCPE. Les protestataires sont prêts à tenir le siège « aussi longtemps qu'il le faudra ».

Cette fermeture a été décidée, hier lors d'une réunion d'ajustement à l'inspection d'académie. Quinze autres classes ont été rayées de la carte, dont cinq à Toulouse (lire encadré). A l'inverse, 23 nouvelles classes ont été créées.

En additionnant les mesures prises ­antérieurement dans le département, « on note un solde positif d'ouverture de ­dix-huit classes, soit 82 ouvertures et 64 fermetures », assure l'inspection d'académie. « C'est de l'affichage pour faire croire à une rentrée techniquement réussie, corrige Laurent Cadreils du Snuipp-FSU. En fait il y a 900 élèves de plus et plus d'une vingtaine de postes en moins, sans compter l'impossibilité d'assurer les remplacements. » Ces ajustements doivent encore être validés jeudi en préfecture. W