Surchauffe estivale

Béatrice Colin

— 

Les thermomètres toulousains se sont affolés. Météo France a enregistré en juillet et août des températures très élevées, avec une moyenne de 22,7° C, soit 2 degrés au-dessus de la normale. « Cela place cet été 2009 au 3e rang des étés toulousains les plus chauds des soixante dernières années, après 2003 et 2006. Nous avons eu un pic à 39 °C le 19 août. C'est la température élevée la plus tardive enregistrée depuis 1947. D'habitude, elles commencent à baisser à la mi-août. Cela confirme un élargissement des fortes chaleurs peut être à mettre au compte du réchauffement climatique », relève Pascal Bourreau, du centre départemental de Météo France.

Les précipitations ne sont pas venues rafraîchir l'atmosphère toulousaine ces deux derniers mois. « En août, il est tombé 20 litres d'eau au m2. Sur l'ensemble de l'été, on comptabilise seulement 75 litres d'eau par m2 en plaine toulousaine, soit un déficit global de 50 % pour les trois derniers mois », poursuit le prévisionniste. De faibles pluies qui n'ont pas permis d'enrayer la baisse des cours d'eau et de réalimenter les nappes, qui avaient malgré tout été rechargées par les pluies du printemps. Des restrictions de prélèvement d'eau à usage agricole sur la Garonne ont été prises la semaine dernière. « Nous sommes dans une année quinquennale sèche, mais la situation n'est pas non plus exceptionnelle. A cette période, la Garonne est toujours très basse, et des lâchés d'eau pour soutenir l'étiage ont toujours lieu », explique Sylvie Rocq, directrice du syndicat mixte d'études et d'aménagement de la Garonne. W