La production ne fait pas pschitt à Castanet

Julie Rimbert

— 

Hervé Novelli et Jean-Pierre Bagard en visite à l'usine de Castanet, hier.
Hervé Novelli et Jean-Pierre Bagard en visite à l'usine de Castanet, hier. — A. DUQUESNEL / 20 MINUTES

Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé du Commerce, a profité hier de sa rencontre avec les restaurateurs toulousains pour visiter la deuxième ligne de production créée à l'usine Coca-Cola de Castanet-Tolosan. Ses boissons étant des produits phares pour les cafetiers, l'entreprise a décidé d'accompagner la baisse de la TVA à 5,5 % en proposant des pancartes de visibilité pour les points de vente ayant décidé de diminuer leurs prix.

« C'est un formidable levier pour recréer du dynamisme économique dans les cafés et les restaurants, estime Jean-Pierre Bagard, directeur général de Coca-Cola Entreprise. Près d'un million d'euros a ainsi été investi pour accompagner nos clients sur cette mesure. » Et si leurs ventes augmentent, c'est autant de bouteilles en plus à produire localement. Chaque année, il en sort 65 millions de l'usine de Castanet, créée en 1986. Grâce au doublement de sa capacité de production, elle doit atteindre les 120 millions de bouteilles l'an prochain. « L'entreprise a investi 20 millions d'euros dans cette nouvelle ligne, ce qui représente le plus gros investissement du groupe en Europe pour 2009, explique Jean-Pierre Bagard. Cela nous a permis de recruter une vingtaine de collaborateurs. » Sur la chaîne flambant neuve, les machines travaillent à un rythme infernal pour fabriquer les bouteilles 1,5 et 2 litres et les canettes de 50 centilitres. Calibrage des bouchons, transformation des tubes de verre en goulots, dilatation du plastique pour obtenir la forme caractéristique de la marque, les 110 salariés de l'usine produisent chaque jour 700 000 bouteilles, le tout dans un vacarme assourdissant. Elles sont principalement destinées au Sud-Ouest. W