L'instit rebelle Alain Réfalo mis au piquet de l'académie

— 

Près de 6 000 personnes ont déjà signé une pétition de soutien à l'instituteur « désobéisseur » de Colomiers. Pourtant, cet élan n'empêchera pas Alain Réfalo de passer jeudi, à 15 h, devant un conseil de discipline de l'inspection académique de la Haute-Garonne. Fer de lance de la résistance pédagogique dans le primaire, il est le premier à avoir indiqué clairement au ministre Xavier Darcos qu'il n'organiserait pas de façon réglementaire les deux heures d'aide personnalisée pour les élèves en difficulté. Il a préféré leur donner des cours de théâtre, autre façon d'apprendre la coopération et l'entraide. « Cela a plus de vertus qu'une stigmatisation », estime le président de son comité de soutien, Patrick Jimena. Aux côtés des syndicats et fédérations de parents, ce dernier lira jeudi un texte signé des résistants Raymond Aubrac et Stéphane Hessel. Depuis janvier, Alain Réfalo subit un retrait de salaire de deux jours par semaine. Là, il encourt une mutation, voire une mise en demeure d'appliquer la réforme. W