Un « die-in » pour éviter que la liste des exécutés s'allonge

— 

Costumés et au son d'une fanfare, ils sont tombés sur la place du Capitole. Hier soir, les membres Toulousains d'Amnesty International ont apporté leur soutien symbolique aux abolitionnistes américains en mémoire du tragique 2 juillet 1976, jour où la reprise des exécutions capitales fut entérinée. Allongé sur l'asphalte lors de ce « die-in », chaque militant représentait un des prisonniers exécutés cette année dans les Etats où la peine capitale est appliquée. W