Un gang sous les verrous

— 

Lourdement armés, ils ligotaient puis séquestraient leurs victimes à leur domicile ou dans leurs véhicules, avant de les dévaliser. Six individus, soupçonnés d'appartenir à cette bande spécialisée, ont été interpellés, avec le renfort du GIGN, entre le 25 et 29 juin par les gendarmes de la cellule « Bijoux 31 », mise sur pied depuis cinq mois pour les traquer. Pendant les séquestrations, les malfrats contraignaient un membre de la famille, non entravé, à leur remettre bijoux, argent et chéquiers. En cours d'évaluation, le montant du préjudice s'élèverait à « plusieurs centaines de milliers d'euros ».

« L'équipe de malfaiteurs sévissait en Haute-Garonne, dans les Pyrénées-Orientales et le Gard », indique la gendarmerie. Elle est notamment soupçonnée d'être impliquée dans la séquestration violente d'une famille de bijoutiers de Villefranche-de-Lauragais. « Deux armes de poing, cinq armes d'épaule, des cagoules et des fausses plaques » ont été retrouvées au cours des perquisitions aux domiciles des malfaiteurs. W