Blagnac : Un vélo sur-mesure et made in France pour la brigade cycliste de la police municipale

INNOVATION Pour répondre aux besoins spécifiques de la police municipale de Blagnac, Intersport a conçu un prototype de vélo électrique adapté dans son usine d’assemblage de cycle de Machecoul, près de Nantes

Béatrice Colin
— 
Des vélos spécifiques ont été conçus par Intersport pour la police municipale de Blagnac.
Des vélos spécifiques ont été conçus par Intersport pour la police municipale de Blagnac. — B. Colin / 20 Minutes
  • La mairie de Blagnac et Intersport ont signé un partenariat pour développer un VTT électrique adapté aux missions des policiers municipaux.
  • Roue renforcée, selle télescopique font partie des adaptations mises au point.
  • La ville a commandé quatre de ces vélos sur-mesure à 2.000 euros et espère faire des émules.

Chaque jour, ils sillonnent les routes de Blagnac au guidon de leur vélo, que ce soit dans le centre-ville piétonnier ou le long des berges de la Garonne. Les agents de la police municipale doivent composer en zone urbaine et terrain cabossé des espaces verts pour assurer leur mission aux quatre coins de cette commune qui s’étend sur près de 17 km2. Mais, il est parfois difficile de manœuvrer des deux-roues, pas toujours adaptés.

Pour améliorer ces engins tout-terrain, la ville a signé récemment un partenariat avec les magasins Intersport pour élaborer un vélo électrique assemblé dans l’usine du groupe basé à Machecoul, près de Nantes. Au-delà du cadre siglé, il a été équipé de pneus plus larges qui peuvent servir d’arme de défense, d’une modification du pédalier désormais en aluminium, de lampes led puissantes ou encore d’une selle télescopique qui peut être abaissée d’une simple pression. « Nous avons écouté les besoins des policiers municipaux et développé un vélo renforcé en termes de sécurité, de puissance et de performance technique et assemblé en France », explique Richard Hernandez, président du directoire du groupe Gefiroga, qui possède plusieurs magasins dans l’agglomération toulousaine.

« S’adapter à la délinquance »

Pour Frédéric Vergé, directeur adjoint de la police municipale dont seize agents vont utiliser ces nouveaux vélos, « c’est un moyen de s’adapter à la délinquance, mais aussi aux vélos électriques ». « On avait jusqu’à présent des VTT classiques, mais la commune de Blagnac est assez vaste. Avec ces vélos électriques on pourra aller plus loin, ça va nous aider à éviter de perdre du temps », explique ce responsable.

La ville s’est pourvue de quatre vélos sur mesure qui ont la capacité de rouler à 25 km/h. Elle a déboursé 2.000 euros pour chacun d’entre eux, ce qui est le prix médian d’un vélo électrique destiné aux particuliers. La ville et le groupe commercial espèrent que d’autres collectivités s’intéresseront à ce VTT électrique adapté.