Toulouse : Les futures stations de la ligne 3 du métro se dévoilent (provisoirement)

ANTICIPATION A Toulouse, les esquisses des 21 stations de la future ligne 3 du métro se dévoilent en centre-ville. L'occasion de faire un bond dans le temps et de préparer les esprits à un chantier titanesque

Hélène Menal
— 
Quel visage pour Toulouse avec la Ligne 3 du métro ? — 20 Minutes
  • Jusqu’au 10 juin, les Toulousains peuvent voir pour la première fois à quoi ressemblera la ville en 2028, avec sa troisième ligne de métro.
  • Il ne s’agit que d’esquisses des abords des futures stations, amendables en 2023 à travers une concertation avec les habitants.
  • Elles préparent aussi les esprits à une phase très lourde de chantier qui s’étalera en surface de 2023 à 2026.

Un parc arboré dans le quartier Raynal à la place d’un parking pour bennes à ordures, une œuvre d’art en forme de ballon de rugby géant – rouge et noir forcément – du côté des Sept-Deniers. Depuis lundi, en marchant dans la rue Alsace-Lorraine, les Toulousains peuvent faire un bond en avant de six ans. Tisséo expose* les premières images des abords des 21 stations de la ligne 3 du métro dont la mise en service est prévue fin 2028.

Autour des cinq cubes, les curieux tentent de se repérer, de se projeter dans un quartier où ils ont leurs habitudes. Comme Sylvie, 54 ans. La marcheuse invétérée qui habite au bord du Canal du Midi photographie consciencieusement avec son téléphone les visuels du secteur Toulouse-Lautrec. « C’est pour ma mère, dit-elle, je vais lui montrer. La ville va encore s’embellir ».

Le panneau qui aimante les passants reste la carte du tracé, de Labège à Colomiers en passant par Matabiau. Chacun imagine son futur trajet, conjecturant sur les croisements et changements de ligne, calculant le temps de parcours. Les plus motivés peuvent se glisser dans le conteneur rose décoré façon quai de station et s’amuser à voyager dans le temps en affichant sur un écran interactif les images « avant-après ». Les plus réfractaires en profitent pour râler : « 2028 ? C’est pas un peu tôt pour en faire tout un pataquès ? », lance un jeune homme en bermuda.

Un avant-goût avant la concertation des habitants

Trop tôt en tout cas pour se faire une idée définitive du futur visage de Toulouse. « Il s’agit d’une proposition d’esquisses non travaillées, explique le maire Jean-Luc Moudenc. Il nous faut maintenant travailler à la qualité urbaine autour des stations, savoir comment accéder facilement et en sécurité à ces stations (…) De tout cela nous allons en parler avec les habitants et les citoyens en 2023 ». Si les sens de circulation, les pistes cyclables et futurs couloirs de bus sont portés sur les images, il s’agit surtout de se faire une idée du paysage pour pouvoir y mettre son grain de sel l’année prochaine.

Cette levée d’un coin du voile permet aussi de se préparer au chantier gigantesque qui s’annonce. Pour l’heure, de sondages en déviations de réseaux, les Toulousains n’en ont qu’un petit avant-goût. « 2023 sera vraiment une année lourde avec le démarrage simultané d’une quarantaine de chantiers tout le long du tracé », prévient Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo Collectivités. Le ballet des engins de chantier en surface ne se calmera qu’à l’horizon 2026, quand le gros des travaux passera en souterrain. Pour répondre aux questions des riverains durant la longue période critique qui s’ouvre, trois « maisons du métro » doivent ouvrir d’ici à la fin de l’année à Toulouse, Labège et Colomiers. Les habitants y recevront « un accueil personnalisé ».

* Jusqu’au 10 juin devant la station de métro Capitole