Aéroscopia va enfin prendre son envol

Hélène Ménal et Béatrice Colin

— 

Les modèles de légende, comme le Concorde, seront conservés dans ce nouveau musée.
Les modèles de légende, comme le Concorde, seront conservés dans ce nouveau musée. — F. SCHEIBER / 20 MINUTES

Grâce au feu vert du Grand Toulouse donné en fin de semaine dernière,

le projet de musée de découverte aéronautique va pouvoir décoller, vraisemblablement d'ici à 2011, face aux usines Lagardère. Dans les cartons depuis plus de vingt-cinq ans, il ne lui manquait plus que l'aval de Pierre Cohen pour prendre forme. Le président (PS) de la communauté urbaine s'est donc engagé à mettre au pot plus de 3 millions d'euros pour la construction du musée, dont le coût total s'élève à 12,505 millions d'euros. Le reste sera pris en charge par Airbus, le conseil régional, le conseil général et l'Union européenne.

Mais s'il est prêt à financer ce projet, Pierre Cohen se refuse à en assumer le fonctionnement, échaudé par les déficits passés de la Cité de l'espace. Il a donc précisé qu'il « n'assurerait pas les coûts d'entretien ni de fonctionnement de la future structure ». Pour les défenseurs du projet, la question du financement se réglera via la délégation de service public. « Il faut créer de nouvelles synergies, notamment avec Airbus Visit et proposer une offre globale, avec un guichet unique pour Aéroscopia et la visite de nos chaînes d'assemblage », assure Jacques Rocca, responsable de la communication d'Airbus. Chaque année, près de 150 000 personnes se pressent dans les usines de l'avionneur. En attendant de régler ces questions, les membres d'associations fédérées autour de ce projet ont poussé un ouf de soulagement. « Nous allons pouvoir mettre à l'abri des avions de légende et éviter qu'ils s'abîment », commente André Rocaché, président de l'Aérothèque, conservatoire du patrimoine aéronautique. Mais loin de vouloir en faire un musée de vieux coucous, il espère que cette galerie d'exposition de 5 500 m2 où l'on pourra voir et toucher la Caravelle, le Concorde, le premier Airbus A300 et le Super Guppy « suscitera des vocations ». W