Toulouse : Les espaces de coworking, vous en pensez quoi ? Votre avis intéresse des chercheurs

TELETRAVAIL Alors que le télétravail s’est largement développé ces deux dernières années, un laboratoire de recherches toulousain lance une étude sur l’image des espaces de coworking auprès des salariés

B.C.
— 
Depuis une dizaine d'années, les espaces de coworking se sont développés. (Illustration).
Depuis une dizaine d'années, les espaces de coworking se sont développés. (Illustration). — StartupStockPhotos / Pixabay

Il y a une dizaine d’années, le premier espace de coworking voyait le jour à Toulouse. Depuis, ces lieux de travail collaboratif se sont développés un peu partout dans la métropole. Avec l’avènement du télétravail à la suite de la crise du Covid-19, des chercheurs ont décidé de se pencher sur l’opinion que certains salariés pouvaient avoir de ces lieux qui pourraient potentiellement accueillir certains d’entre eux.

Car si à leurs débuts, ces espaces étaient utilisés majoritairement par des travailleurs indépendants, aujourd’hui nombre de leurs utilisateurs en ont fait un point de chute pour leur journée de télétravail, notamment quand leurs entreprises se trouvent éloignées, qu’ils se sentent isolés ou que leur logement est trop petit. Dans le cadre du programme Vilagil de Toulouse Métropole, qui planche sur les moyens de décarbonation et décongestion de son territoire en limitant les déplacements, le laboratoire Cognition Langues Langage Ergonomie (CNRS – UT2J) vient ainsi de lancer une grande enquête en ligne pour sonder les premiers concernés sur leurs envies.

Perception et intérêt des salariés

« L’une des manières de réduire les déplacements, et donc les émissions de gaz à effet de serre, est la création de ces espaces de coworking. Nous cherchons à savoir avec cette enquête comment ils sont perçus par ceux qui ne les utilisent pas encore et quels pourraient être les freins à leur utilisation », explique Colin Lescarret, un des chercheurs du CNRS en charge de ce questionnaire en ligne anonyme.

Une étude qui s’adresse aux salariés toulousains mais aussi plus largement à ceux qui réfléchissent à télétravailler autrement.