Toulouse : Avez-vous adopté Téléo pour aller au boulot ? Racontez-nous

VOUS TEMOIGNEZ Au-delà de (l’énorme) effet de curiosité, Téléo, le téléphérique urbain de Toulouse doit maintenant devenir un transport en commun comme les autres. Dites-nous si vous êtes convaincus par ce raccourci aérien

H.M.
— 
Un passager de Téléo, le téléphérique urbain toulousain. Illustration.
Un passager de Téléo, le téléphérique urbain toulousain. Illustration. — F. Scheiber - Sipa

Avec 50.000 passagers emportés le premier week-end, Téléo, le téléphérique urbain de Toulouse, a réussi son effet « waouh ». Mais l’objectif de Tisséo est d’en faire une ligne de transports en commun comme les autres, pour relier l’université Paul-Sabatier à l’Oncopole en dix minutes – contre trente minutes environ en voiture à l’heure de pointe – et d’y faire grimper 8.000 usagers quotidiens. Connecté à la ligne B du métro, il dessert trois stations en tout, celle du milieu étant le CHU de Rangueil avec ses milliers de soignants et de visiteurs.

Alors que Lyon a renoncé à construire le sien, le téléphérique de Toulouse, 100 % électrique, fait le pari d’effacer les obstacles naturels – la colline de Pech-David, la rocade, la Garonne – en les survolant. Défi réussi ? On compte sur vous pour nous le dire.

Après quelques jours de tests, êtes-vous convaincus par Téléo ? Avez-vous lâché votre volant pour prendre la voie des airs ? Vous fait-il gagner du temps ? Et, soyons fous, seriez-vous favorables à d’autres lignes de téléphérique dans d’autres secteurs de la ville ? L’avez-vous adopté pour partir aller au boulot ?

Vous pouvez témoigner en remplissant le formulaire ci-dessous. Votre contribution servira à la rédaction d’un article. Merci d’avance.