Un cratère martien, arpenté par des rovers, fait son apparition à Toulouse

ALERTE ROUGE La Cité de l’Espace de Toulouse a dévoilé son terrain martien où des rovers plus vrais que nature vont reproduire les missions de leurs modèles sur la Planète rouge

H.M.
Le planétologue Sylvestre Maurice devant la version terrienne de son rover martien.
Le planétologue Sylvestre Maurice devant la version terrienne de son rover martien. — H. Menal - 20 Minutes

« C’est bluffant ! » Sylvestre Maurice, le planétologue qui a conçu la ChemCam et la SuperCam, autrement dit les yeux laser des rovers Curiosity puis Perseverance, et qui découvre quasi quotidiennement sur ses écrans de vrais paysages martiens, valide le petit bout de Planète rouge dévoilé mercredi par La Cité de l'Espace​ de Toulouse.

Pas si petit que ça en fait : le site, balayé par un vent d’Autan bien plus fort que la brise martienne, est une arène de 900 m² inspirée du « Mont Mercou ». Ses dimensions, la couleur des faux rochers, la répartition des strates de sédiments ont reçu l’aval des équipes du Cnes qui pilotent, en « garde alternée », les deux rovers.

Des cascades en prime

Ce terrain martien, dont l’ouverture au public est programmée pour le 5 avril, constitue la nouvelle « animation immersive » du parc scientifique. « Et on ne parle pas de montagnes russes, ici, il y a du fond », ajoute le scientifique. Deux rovers, reproduits en taille réelle mais quatre fois plus rapide que leurs modèles histoire de ne pas endormir l’assistance, vont arpenter l’arène : l’imposant Perseverance, mais aussi Zhurong, le petit rover chinois aux allures de libellule avec ses panneaux solaires. Trente minutes durant, ils vont reproduire tous les jours leurs travaux. Notamment pour Perseverance et ses rares phases de prélèvement des échantillons de roches martiennes, dont le premier retour sur Terre est prévu pour 2031.

Comme la mouche du coche, le petit drone Ingenuity sera aussi de la partie. Les rovers toulousains pourraient même être plus téméraires que leurs homologues en se livrant à quelques cascades « impensables » sur Mars, faute de mécano si ça tourne mal.