Toulouse : Après la pandémie, le trafic de l’aéroport retrouve progressivement son activité d’avant crise

AERIEN Malgré une année 2021 perturbée par les restrictions de déplacement à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, un retour progressif à un trafic prépandémie semble se confirmer depuis l’été dernier

Dorian Naryjenkoff
— 
Dans la zone d'embarquement de l'aéroport de Toulouse-Blagnac.
Dans la zone d'embarquement de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. — FRED SCHEIBER/SIPA

Entre restrictions de déplacement, annulations de vols et indemnisations de passagers, l’année 2021 a été une période difficile pour le secteur aérien, un an après l’apparition de la pandémie de Covid-19. L’Aéroport de Toulouse-Blagnac n’a pas été épargné puisque moitié moins d’avions y ont circulé, soit 3,8 millions de passagers accueillis. Des disparités apparaissent néanmoins entre le premier et le second semestre.

Reprise progressive des activités

Selon les chiffres publiés le 1er mars par l’aéroport, bien que les six premiers mois de 2021 aient été synonymes d’une baisse de l’activité de près de 80 % par rapport aux chiffres de 2019, une nette reprise s’est observée à partir de l’été. En effet, l’activité durant cette période a représenté 58,3 % de celle de 2019. Des résultats associés à l’amélioration de la situation sanitaire et l’assouplissement des mesures dans le pays.


Malgré l’instauration du pass sanitaire européen le 1er juillet, de nombreux Toulousains ont ainsi repris le chemin de l’aéroport pendant les grandes vacances. Une reprise qui « montre combien nos clients aspirent à voyager à nouveau », selon Philippe Crébassa, président du directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac. Celui-ci compte notamment sur l’ouverture au printemps de deux nouvelles lignes aériennes à destination de Chypre et Israël pour confirmer cette reprise.

Dégâts limités pour les compagnies low cost

Dans le détail, ce sont les vols internationaux qui ont été les plus impactés, en raison des disparités de politiques sanitaires nationales, avec une baisse de l’activité de près de 70 % par rapport aux chiffres pré-Covid.

Le trafic domestique, qui représente près des deux tiers de l’activité de l’aéroport toulousain, a quant à lui mieux résisté avec une diminution de moitié comparée à 2019. Toulouse-Orly et ses un million de passagers sur l’année demeure la ligne la plus attractive tandis que, en région, il s’agit de Toulouse-Lyon avec 190.000 passagers. Des chiffres qui ont eu tendance à se confirmer au quatrième trimestre 2021.

Fait notable en ce qui concerne les compagnies aériennes, le segment low-cost, qui assure 44,2 % du trafic, a retrouvé et même légèrement dépassé sa part de marché d’avant-crise, EasyJet en tête.