Toulouse : Les véhicules les plus polluants interdits à partir d’aujourd’hui dans la quasi totalité de la ville

ZFE Les véhicules professionnels, avec une vignette Crit’Air 5 ou non classés sont bannis d’une grande partie de la Ville rose. Très peu de véhicules sont pour l’heure concernés

Béatrice Colin
— 
Sur la rocade Toulousaine.
Sur la rocade Toulousaine. — FrŽdŽric Scheiber/20MINUTES
  • A compter de ce mardi 1er mars, les véhicules professionnels de type fourgons, fourgonnettes et poids lourds Crit’Air 5 et non classés, les plus polluants, ne peuvent plus circuler dans une zone de 72 km2 de l’agglomération toulousaine.
  • Cette Zone à faibles émissions sera étendue progressivement à d’autres véhicules et concernera les voitures les plus polluantes des particuliers en janvier 2023.
  • Peu de véhicules seront concernés ce mardi, en raison notamment des dérogations établies par Toulouse Métropole.

Après plusieurs mois de concertation, de nombreuses études et pas mal de contestations, la Zone à faibles émissions de Toulouse Métropole entre en vigueur ce mardi 1er mars pour les véhicules les plus polluants. Elle sera étendue progressivement à d’autres catégories de voitures et utilitaires en fonction de leur vignette Crit'Air.​ L’objectif final est faire baisser, à terme, les émissions de polluants dans les zones les plus peuplées et avoir un impact sur la santé des 430.000 habitants qui vivent dans le périmètre concerné.

Qui est concerné ce 1er mars ?

Les professionnels possédant une fourgonnette, des fourgons et des poids lourds qui ont une vignette Crit’Air 5 n’ont plus le droit de rouler dans la quasi-totalité des rues de la Ville rose, mais aussi sur quelques axes de Colomiers et Tournefeuille. Soit un territoire de 72 km2, y compris la rocade ouest entre les échangeurs de Langlade et des Minimes.

Le périmètre de la Zone à faible émission de la métropole toulousaine.
Le périmètre de la Zone à faible émission de la métropole toulousaine. - Toulouse Metropole

Cette mesure est valable de jour comme de nuit et sur l’ensemble de la semaine et concerne moins de 1 % du parc roulant de la métropole. En raison d’une vingtaine de dérogations, temporaires ou ponctuelles, accordées par la métropole, peu de véhicules vont donc être touchés au final.

Elargissement jusqu’en 2024

L’interdiction de circuler dans cette zone sera étendue le 1er septembre aux poids lourds et véhicules utilitaires certifiés Crit’Air 4. Puis, le 1er janvier 2023, viendra le tour des voitures et deux-roues des particuliers ayant des vignettes 4, 5 et non classés. En 2024, seules les véhicules munis d’une vignette Crit’Air 0, 1 et 2 pourront circuler au sein de la ZFE-m, hormis ceux ayant une dérogation. A cette échéance, près de 16 % du parc roulant, soit environ 45.000 véhicules, devraient être exclus du territoire de la zone à faibles émissions.

Prime pour changer de véhicules

Pour aider les automobilistes, particuliers ou professionnels, à changer de véhicules, Toulouse Métropole a mis en place des primes, qui viennent compléter la prime à la conversion de l’Etat et le bonus écologique. Ces aides, pour l'achat, la location ou la transformation d'un véhicule, sont attribuées sous conditions de ressources. Son montant peut aller jusqu’à 40 % du montant HT plafonné, en fonction du véhicule et du revenu fiscal de référence.

Elles existent aussi pour l'achat ou la location d'un vélo, électrique ou pas.

Pas de contrôle pour l’instant

La ZFE-m est effective depuis ce 1er mars, mais pour l’heure aucun moyen n’est déployé pour vérifier son application. Des contrôles pourront avoir lieu par les forces de l’ordre de manière aléatoire pour vérifier les vignettes Crit’Air, mais avec une vocation pédagogique au début. En 2023, des caméras devraient donner la possibilité aux autorités de mener des contrôles automatisés. Ceux qui s’aventureront à circuler malgré l’interdiction, ou sans vignette, s’exposent à une amende de 68 euros s’ils ont une voiture ou un utilitaire et à 135 euros s’ils sont au volant d’un poids lourd.