Toulouse : Voici à quoi vont ressembler les futures passerelles qui vont enjamber la Garonne

URBANISME Dédiées aux piétons et aux vélos, deux nouvelles passerelles enjambant la Garonne devraient voir le jour dans les deux à venir. Elles permettront de relier l’île du ramier, transformé en Grand Parc Garonne

Béatrice Colin
— 
La future passerelle
La future passerelle — Thomas LAVIGNE architecte de l'agence LAVIGNE CHERON
  • Dans le cadre de l’aménagement du « Grand Parc Garonne » sur l’île du Ramier, la métropole va créer d’ici dix ans quatre passerelles piétonnes et cyclables pour la relier.
  • Les deux premières verront le jour d’ici à 2025 et relieront l’île à Empalot et la digue, côté avenue de Muret.
  • Ces deux nouvelles passerelles vont coûter 20 millions d’euros.

Depuis que le Parc des Expositions est parti à Aussonne, la nature est en train de regagner peu à peu ses droits sur l’île du Ramier, à Toulouse. A terme, l’idée est de faire ces 220 hectares un véritable poumon vert pour la Ville rose et de la transformer en un véritable «   Grand Parc Garonne ».

Accessible aujourd’hui par les ponts Pierre-de-Coubertin et Saint-Michel, ainsi que par la passerelle de la Poudrerie, l’île sera desservie d’ici quelques années par quatre nouvelles passerelles destinées uniquement aux piétons et cyclistes.

Situation des futures passerelles qui enjamberont la Garonne pour rejoindre l'Île du Ramier, à Toulouse.
Situation des futures passerelles qui enjamberont la Garonne pour rejoindre l'Île du Ramier, à Toulouse. - RAMIER Passerelles ©AgenceTER-Toulouse Metropole

« L’île est trop souvent envahie par les véhicules. Nous avons décidé de la relier aux quartiers les plus proches avec quatre passerelles. Celles d’Empalot et de Rapas seront réalisées d’ici 2025, les deux autres au cours du prochain mandat », indique le maire (LR) Jean-Luc Moudenc qui vient de présenter les projets des lauréats.

20 millions d’euros

La passerelle Rapas reliera l’île – au niveau du bâtiment en forme de rotonde de l’ancien parc des expos – à la digue, côté avenue de Muret. Celle d’Empalot enjambera la Garonne en face du gymnase Daniel-Faucher pour rejoindre le quartier via la rue Maria Monbiala.

La future passerelle Rapas, qui va relier la rive gauche de la Garonne à l'île du Ramier, à Toulouse.
La future passerelle Rapas, qui va relier la rive gauche de la Garonne à l'île du Ramier, à Toulouse. - Eiffage-Ingerop-Grimshaw-PPA-ATP

Cette dernière, longue de 145 mètres, possédera des haubans rattachés « à un grand pylône en V comme deux bras ouverts vers le ciel en geste d’accueil », explique Thomas Lavigne, l’architecte qui a dessiné la passerelle d’Empalot et dont le cabinet a déjà réalisé les ponts de Normandie ou Chaban-Delmas à Bordeaux. Les deux passerelles seront légères et seront en métal.

Pour les réaliser, la métropole va débourser 20 millions d’euros au total, mais va bénéficier d’aides de l’Etat au titre des aménagements cyclables et a fait des demandes auprès de l’Europe. Si leur réalisation ne devrait pas prendre plus de 14 mois, il faudra attendre le feu vert des services de l’Etat pour lancer les travaux.