Les vélos dénoncent une nouvelle liaison impossible

— 

Difficile, voire dangereux, de relier en pédalant le secteur de Langlade et du Cancéropôle à Empalot. Samedi matin, l'Association vélo a accroché cette nouvelle « discontinuité cyclable » au rayon de ses revendications. La manifestation d'une trentaine de cyclistes s'est arrêtée sur le chemin de la Loge. Le problème s'est aggravé l'an dernier avec la fermeture, pour cause de vétusté, du vieux pont d'Empalot (le « bow string ») et le passage en sens unique du chemin de la Loge. « Avec l'ouverture du Cancéropôle, l'urbanisation de tout ce secteur sinistré par l'explosion d'AZF, il devient urgent de sécuriser cette traversée cyclable de la Garonne », insiste l'Association vélo. Elle demande « un aménagement cyclable à double sens chemin de la Loge, entre la route d'Espagne et la Garonne » et, côté Empalot, « la création d'une passerelle piétons-vélos au-dessus de la Garonne ou d'un nouveau pont ». « Le sujet est sensible, complexe, et aggravé par le trafic routier du casino », admet Philippe Goirand (Verts), conseiller municipal délégué aux Pistes cyclables qui s'est rendu sur place samedi. L'élu évoque « la création d'un contresens cyclable chemin de la Loge sur le court terme », mais estime que le problème ne pourra être résolu que par des investissements lourds à inscrire au plan de déplacements urbains (PDU) en cours de révision au sein des collectivités locales. W

H. M.