Examen de passage pour Viguier

— 

S'il a nié « catégoriquement » avoir tué sa femme, Susi, Jacques Viguier n'a pas été très bavard lors de la première semaine de son procès. Dans son box, le professeur de droit passe de longues heures immobile, le regard fixe. Même quand il a été invité à le faire, il n'a pour l'instant pas répondu en détail aux éléments à charge assenés par les enquêteurs qui se sont succédé à la barre : les traces de sang, la mise à la déchetterie du matelas du clic-clac où dormait Susi, les incohérences dans son emploi du temps ou encore le peu d'ardeur qu'il a mis à rechercher son épouse disparue.

L'amant de Susi, Olivier Durandet, doit témoigner cet après-midi. Les avocats de l'accusé tentent de reporter les soupçons sur lui, neuf ans après les faits. Il restera ensuite trois jours à Jacques Viguier pour convaincre le jury (trois magistrats hommes, six hommes et trois femmes) de son innocence. L'accusé encourt trente ans de réclusion criminelle. W