Toulouse : Près d’un mois après le début de la grève des éboueurs, une porte de sortie ?

SOCIAL La Toulouse Métropole a fait de nouvelles propositions aux éboueurs de Toulouse, en grève depuis le 16 décembre

B.C. avec AFP
— 
Les éboueurs de Toulouse sont en grève depuis le 15 décembre dernier.
Les éboueurs de Toulouse sont en grève depuis le 15 décembre dernier. — B. Colin / 20 Minutes

Tout a commencé par l’annonce du « fini-parti », une disposition qui permettait aux éboueurs de  Toulouse de quitter leur poste de travail une fois leur tournée de collecte terminée. Après quatre semaines de  grève, et alors que les poubelles s’accumulent dans toutes les rues de Toulouse et une partie des communes de la Métropole, de nouvelles propositions réalisées par la collectivité pourraient laisser entrevoir une sortie de crise.

« La collectivité a accepté de nous concéder onze jours de congé supplémentaires pour la pénibilité de notre travail », a indiqué à l’AFP Nicolas Refutin, secrétaire général de FO de la Métropole. Une avancée par rapport aux deux jours initialement proposés. Ces jours de sujétion seraient complétés par la mise en place d’horaires réduits durant les mois d’été « ainsi qu’une compensation pour les samedis ou les jours fériés travaillés », poursuit le syndicaliste qui aux côtés des autres organisations demandait initialement 34 jours de compensation, soit l’équivalent d’une baisse du temps de travail de 15 %, à l’instar de ce qu’ont obtenu les éboueurs marseillais.

« La collectivité nous a aussi garanti qu’il n’y aurait pas de baisses de rémunération comme on le craignait, et qu’il y aurait même quelques augmentations. Si on met bout à bout toutes ces propositions, on arrive à une baisse de 11 % du temps de travail. On en réclamait 15 % et la collectivité, elle, proposait 3 % au début », a souligné le syndicaliste qui se félicite de cette « avancée », mais attend « de voir les propositions par écrit », poursuit Nicolas Refutin.

Les éboueurs, qui bloquent depuis plusieurs jours les accès aux dépôts, seront consultés ce jeudi matin pour déterminer s’ils reprennent le travail ou continuent la grève.