Solution pour les familles

— 

Des nuits d'hôtel et un local d'hébergement collectif pour trois semaines. C'est la solution trouvée par la préfecture pour reloger une dizaine de familles d'origine roumaine et bulgare, à la rue depuis plusieurs semaines. Parmi cette quarantaine de personnes, plusieurs mineurs, ce qui avait poussé la défenseure des enfants à intervenir. « Une porte a été entrouverte mais ça n'est que pour trois semaines et cela ne règle en rien le problème d'un lieu "tampon" pour ces familles qui perdent leur logement. Que vont-elles devenir ? », interroge Geneviève Genève du collectif interassociations à l'origine de la mobilisation. W