L'étudiante voilée déboutée

— 

Vendredi, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté la requête en référé de Sabrina, une doctorante de 26 ans, salariée de l'université Paul-Sabatier et licenciée fin février pour port du voile. « Le tribunal n'a trouvé aucun motif légitime pour suspendre la décision prise par l'université », se félicite Jacques Lévy, avocat de la fac. En juillet dernier, alors qu'elle débute sa troisième année de thèse dans un laboratoire du CNRS à Paul-Sabatier, Sabrina est convoquée par la direction qui lui demande de retirer son voile. Elle s'exécute, mais opte pour un fichu à la mode « sicilienne ». Ce qui n'empêche pas la fac de la licencier pour faute professionnelle, sans préavis, ni indemnité. « Je portais déjà le voile lors de mon stage de Master II en 2006 et même lors du concours d'attribution des bourses de recherche. Cela n'a jamais posé le moindre problème. Ce sont huit ans d'études et deux ans et demi de travaux de recherche qui sont anéantis par une décision totalement injuste », souligne Sabrina, qui va faire appel dans les prochains jours devant le Conseil d'Etat. W

Eric Dourel