Négociations brûlantes

— 

« Un mécanisme, censé être unique et rapide, en train de devenir long et complexe. » Christophe Lèguevaques, l'avocat de SOS Irradiés tire un bilan « mitigé » de la dernière rencontre des victimes, vendredi dernier, avec le conciliateur Claude Evin. Il espère les premières indemnisations d'ici à « quatre mois ». Mais il déplore que l'assureur du CHU de Rangueil fasse « machine arrière » sur le préjudice pour pathologie évolutive, « qui nous avait décidés à signer le protocole d'indemnisation ». L'avocat défend une soixantaine de patients, victimes de surdosages de rayon. ■