Toulouse : Le prolongement de la ligne B du métro aura lui aussi du retard (et coûtera plus cher)

TRANSPORTS Annoncé pour mi-2026, le prolongement de la ligne B du métro de Toulouse ne sera finalement mis en service qu’en septembre 2027. Et il coûtera 42 millions d’euros de plus.

Hélène Menal
— 
La CLB sera en grande partie aérienn entre Ramonville et Labège.
La CLB sera en grande partie aérienn entre Ramonville et Labège. — Infime Architecture

A l’aune du gigantesque chantier de la troisième ligne de métro de Toulouse, le prolongement de la deuxième, la ligne B, fait moins de bruit. Mais il connaît les mêmes avatars. La très attendue Connexion Ligne B (CLB) consiste à rallonger la ligne de deux stations pour la raccorder justement, au niveau de l’Institut national Polytechnique (INPT) en direction de Labège, à la troisième ligne. Et si la mise en service de cette dernière est déjà décalée de trois ans, en 2028, le planning de la CLB vient d’aussi d’intégrer à la fois « les effets de la crise sanitaire » et un « retard dans la négociation du marché ».

« La mise en service est désormais prévue pour la rentrée 2027 [soit septembre], avec des travaux préparatoires qui devraient démarrer d’ici le printemps 2022 », indique Tisséo Collectivités après avoir réuni son conseil syndical ce mercredi. Le décalage sera donc de plus d’un an, la dernière date officiellement avancée étant plutôt « mi-2026 ».

Le marché remporté par Siemens

Par ailleurs, c’est Siemens Mobility, le constructeur historique du VAL, qui a été choisi pour ce prolongement. Une consolation pour le candidat malheureux au marché de la troisième ligne remporté par le Français Alstom.

La CLB, longue de 2,7 km, vient aussi de connaître ses derniers ajustements techniques. Et, entre le décalage et les modifications, le surcoût est loin d’être négligeable : l’addition grimpe de 44,5 millions d’euros pour atteindre un budget global de 227 millions.