Lacroix bientôt porté par la Vierge noire

Lysiane Beaumel

— 

D'ici à la fin de l'année, la Vierge noire de la basilique de la Daurade disposera d'une garde-robe new-look. Plusieurs grands couturiers parisiens ont gracieusement accepté de l'habiller en créant une robe pour elle et une autre pour l'enfant qu'elle tient dans ses bras. Souvent brodées à la main, les toilettes de cette statue se déploient sur deux mètres d'envergure et datent du début du siècle dernier. Manipulés à chaque changement de liturgie - comme à Pâques où la Vierge a revêtu une robe blanche - les pans de tissu commencent à être particulièrement usés.

Autrefois, les vêtements de la Vierge étaient offerts par les fidèles ou par de généreux mécènes. « Nous avons eu l'idée de solliciter des grands noms de la haute couture. Et plusieurs d'entre eux ont répondu favorablement. Ils ont semblé très heureux de participer à cette démarche spirituelle, au sens large », raconte Marie-Thérèse Miquel, membre de l'Association pour la promotion du patrimoine de la Daurade. Ainsi, Christian Lacroix s'est engagé à réaliser une robe et un manteau. Franck Sorbier et Jean-Michel Broc, créateurs de mode pour enfants, ont promis de livrer chacun deux tenues. « Les créateurs sont entièrement libres. Ils doivent seulement respecter les couleurs liturgiques que sont le rouge, le violet, le blanc et le vert », précise Marie-Thérèse Miquel. « J'ai dit oui tout de suite à ce projet qui correspond à mes convictions, s'enthousiasme Jean-Michel Broc. J'aime cette idée de mêler la modernité et la tradition. » Dans un style qu'il qualifie de « bon chic mais décalé », le couturier promet de « rester dans le contexte. Pas question de la transformer en vierge fatale ! », sourit-il. La robe du mois de Marie, en broché de soie et coton, dans des tons écrus, avec des pompons multicolores pour la tenue de l'enfant, afin de le distinguer de la Vierge, sera finie avant l'été. Deux autres robes seront façonnées par les élèves d'une école privée toulousaine des métiers de la mode. ■