Toulouse : Opposés à la fin du « fini-parti » les éboueurs durcissent le ton et se mettent en grève jeudi

SOCIAL Alors que Toulouse Métropole confirme la fin du système du « fini-parti » à partir de janvier, les syndicats durcissent le ton et appellent à une grève reconductible à compter de jeudi

Béatrice Colin
— 
Des poubelles de la collecte de tri sélectif débordant à Toulouse.
Des poubelles de la collecte de tri sélectif débordant à Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes
  • Depuis plusieurs semaines, une partie des poubelles de Toulouse Métropole ne sont pas ramassées, les agents mettant plus longtemps à faire leur tournée.
  • Un moyen de dénoncer la fin programmée du système du « fini-parti » pour les éboueurs, alors que Toulouse Métropole a annoncé que cette disposition n’aurait plus cours en début d’année.
  • Alors que les négociations ont échoué, les syndicats appellent les éboueurs à une grève reconductible à compter de jeudi.

Ces dernières semaines, les habitants de certains quartiers de Toulouse ont pu constater que leurs différentes  poubelles n’étaient pas ramassées. Une situation qui s’est produite à de nombreuses reprises, conséquence de l’annonce faite par Toulouse Métropole début novembre de  mettre fin au système du « fini-parti », qui permet aux éboueurs de quitter leur poste une fois que leur tournée est achevée.

Une décision prise par la collectivité pour se mettre en conformité avec la loi de transformation de la fonction publique qui impose désormais aux agents territoriaux de travailler 1.607 heures par an, soit 35 heures par semaine, et non 25 heures en moyenne actuellement selon la métropole.

Pour s’opposer à ce changement, qui doit prendre effet en janvier, une grande partie des agents avaient, dans un premier temps, décidé d’appliquer à la lettre la réglementation. De fait, ils ne terminaient pas leur tournée sur le temps imparti. A compter de jeudi, ils ont décidé de durcir le ton en déposant un préavis de grève reconductible.

« Le fini-parti doit être abandonné » pour Toulouse Métropole

Ce jour-là, les élus de Toulouse Métropole se réunissent pour le conseil métropolitain et les éboueurs comptent bien faire entendre leur mécontentement. Leurs syndicats déplorent que dans les négociations, la collectivité pose la fin du « fini-parti » comme un préalable au dialogue. « Le fini-parti est illégal et dangereux pour les agents. Le 8 décembre dernier, nous avons fait des propositions de compensation de jours pour la pénibilité. On est prêt à négocier sur ces jours de sujétions. Nous ne sommes pas contre revenir sur certaines dispositions, mais le fini-parti doit être abandonné », martèle Vincent Terrail-Novés, le vice-président chargé des déchets et de la propreté à Toulouse Métropole.

A quelques jours des fêtes, la situation semble donc être bloquée. Si la grève est reconductible chaque jour, vu la mobilisation de ces dernières semaines, elle pourrait durer.