La crise laisse de glace les Pyrénées

Hélène Ménal

— 

Les Pyrénées ont atteint des sommets. De mémoire de skieur, « il faut remonter une vingtaine d'années en arrière pour trouver une saison aussi enneigée ». Pierre Casteras, le président de confédération pyrénéenne, qui regroupe les 38 stations du massif, ne boude pas son plaisir. Une neige de printemps tombait encore hier abondamment, lui permettant de renvoyer dans les cordes les Cassandre « qui promettaient la fin du ski dans les Pyrénées pour cause de réchauffement climatique... »

Beaucoup de stations* en profitent en tout cas pour jouer les prolongations. Comme Font-Romeu/Pyrénées 2000 qui fermera le 19 avril, contre le 6 avril l'an passé. « Par rapport à la saison dernière, la fréquentation globale devrait être en hausse de 8 à 10 % et notre chiffre d'affaires augmenter de 11 % », explique son directeur Alain Luneau. Idem à Peyragudes, la seule station haut-garonnaise ouverte pour le week-end pascal : le cap historique de 10 millions de chiffre d'affaires est en passe d'y être franchi, contre 9 millions l'an dernier. Les petites stations de basse altitude, souvent moins chères et plus familiales, ont aussi profité de l'embellie.

Mais la crise n'est pas passée inaperçue. « Si le ski a marché fort, les modes de consommation annexes ont changé », avance Pierre Casteras. « Sur notre station, on a vu davantage de skieurs manger leurs sandwiches directement sur les capots des voitures. Par ailleurs, certains parents privilégient les enfants pour le forfait semaine, en se contentant de quelques jours à l'unité pour eux », témoigne Alain Luneau. Pour ces derniers jours de glisse, beaucoup de station cassent les prix. Histoire de connaître un dernier pic de fréquentation. ■* Stations ouvertes et tarifs sur www.lespyrenees.net.