Familles et enfants à la rue

— 

Hier soir, plusieurs enfants ont passé une nouvelle nuit à la belle étoile. Une situation inadmissible pour le collectif inter-associations, à la recherche de solutions pour ces Roumains et Kosovars à la rue depuis plusieurs jours. Plus de 17 familles et une quarantaine de personnes seules seraient ainsi obligées de dormir à même le sol ou dans des parkings souterrains. Selon les associations, ce serait une conséquence de la fermeture du centre d'hébergement de Prat-Long. Saisie, la préfecture assure avoir fait « des propositions de prises en charge pour les familles identifiées couplées à des aides au retour dans leur pays ». Pour les autres, les services de l'Etat indiquent être entrés en contact avec la mairie. « Si nous demandons une table ronde c'est bien pour avoir tout le monde, l'Etat, la ville et le conseil général et éviter que chacun se renvoie la balle. On a joué le jeu de la médiation jusqu'à présent, sans solution. Nous allons passer à d'autres formes d'actions », prévient Geneviève Genève, porte-parole du collectif où l'on trouve Médecins du monde ou encore la FNARS. ■ B. C.