ils montrent de quel bois ils se chauffent

— 

Les salariés de la filière bois-papier ne veulent pas être les prochaines victimes de la tempête Klaus. Confrontés depuis de nombreuses années à des difficultés dans leur secteur d'activités, les représentants du syndicat Filpac-CGt étaient reçus hier par le préfet de la région.

La création d'un label régional ou encore l'arrêt des licenciements étaient au menu de leurs propositions de travail. « Nous voulons mettre en place une véritable politique régionale industrielle pour cette filière qui emploie 8 400 personnes. Par exemple, on s'aperçoit que tous les gros groupes s'approvisionnent en papier un peu partout alors qu'ils pourraient consommer du papier produit localement », insiste Jean-Pierre Combebiac du syndicat. Cela permettrait à l'économie de certaines zones géographiques de se maintenir à flot, notamment Saint-Gaudens ou l'entreprise Tembec, en chômage partiel au mois de mars, fait vivre indirectement 2 500 personnes. ■ B. C.