Pour freiner la crise

— 

Des états généraux de l'automobile ont lieu, aujourd'hui, à la préfecture. Représentants des salariés, chefs d'entreprise et pouvoirs publics doivent discuter de la répartition des aides gouvernementales et de l'avenir d'une filière dont dépendent 6 000 emplois régionaux.

Le secteur a déjà payé un lourd tribut à la crise, entre les 300 emplois promis à la disparition chez Molex à Villemur-sur-Tarn, les 200 départs volontaires annoncés sur les sites de Continental, ou encore les mesures de chômage technique reconduites dans l'entreprise aveyronnaise SAM. ■