Toulouse : Un campement d’une cinquantaine de personnes évacué par la police

SANS-ABRIS L'évacuation de ce terrain privé situé dans le quartier de Gramont s'est faite à la suite de décisons de justice. 49 personnes vivaient là au moment de l'intervention

H.M.
— 
Un sans-abri à Toulouse . Illustration.
Un sans-abri à Toulouse . Illustration. — A. Gelebart - 20 Minutes

Ceux qui sont en situation régulière se verront proposer une solution d’hébergement, les autres feront l’objet d’une procédure d’expulsion. Un campement de Roms situé chemin de Gramont, à l’est de  Toulouse, a été évacué par la police ce mercredi au petit matin. « Cette évacuation a été effectuée à la demande des propriétaires des terrains illégalement occupés » et « en application de plusieurs décisions de justice », précise la préfecture.

Quarante-neuf personnes se trouvaient sur le campement au moment de l’intervention. « Elles ont pu rencontrer les services de l’Etat, prendre le temps de récupérer leurs effets personnels et leurs véhicules roulants », assure le même communiqué. Trois des familles ont accepté un hébergement en hôtel, le temps de l’examen de leur situation administrative.

Indignation dans le monde associatif

Pour expliquer le démantèlement de ce campement installé de longue date le long de la voie ferrée, les autorités évoquent « un réel danger pour les occupants », notamment en raison de la présence de branchements électriques sauvages. Des branchements qui, au mois de septembre, ont occasionné une défaillance du réseau ferroviaire et perturbé le trafic des trains « dans un vaste périmètre ». L’incident a probablement accéléré les opérations.

Cette évacuation a provoqué l’indignation de Médecins du Monde qui suivait le campement et estime que « 25 familles, 60 adultes et 20 enfants » ont été délogés. « Les conséquences immédiates sont la perte de leur abri et l’insécurité face aux aléas climatiques », explique l’ONG, ajoutant que « les parcours scolaires et les parcours de soins sont aussi interrompus ».