Pour son tramway, il est prêt à divorcer d'avec Tisséo

— 

Le maire veut mettre ses promesses de tram sur les rails. En plus de la ligne « Garonne » annoncée pour fin 2013 entre Les Arènes et le Grand-Rond, le « programme général qui se déclinera en plusieurs phases jusqu'en 2018 » comprend aussi une ligne « Canal » reliant le Grand-Rond aux Ponts-jumeaux, en passant par Matabiau. Sans compter des extensions vers Saint-Orens et Plaisance-du-Touch. Pierre Cohen veut mener ces projets avec ou sans Tisséo. « L'heure est venue de prendre nos responsabilités », a-t-il lancé hier en faisant allusion au clash avec le Sicoval survenu lundi au sein du syndicat mixte.

Constatant qu'il ne prévoyait pas le lancement du prolongement de la ligne B du métro vers Labège, la communauté d'agglomération du Sud-Est toulousain a en effet refusé de valider le budget 2009. « Ce préalable est inacceptable » pour Pierre Cohen. Il renouvelle donc sa proposition de substituer à Tisséo « un nouveau syndicat mixte, ouvert à d'autres partenaires ». Ce montage devra aussi résoudre le problème du transfert des 1,3 milliard de dette de Tisséo. « Chaque partenaire ayant participé à l'emprunt devra y prendre sa part, y compris le conseil général », a expliqué le maire. Mais des voix s'élèvent déjà pour souligner que, « techniquement », la dissolution de Tisséo entraînerait 200 millions de frais... Avant un divorce coûteux, il reste un petit espoir de conciliation. Hier, François-Régis Vallette (PS), le président du Sicoval, a indiqué « donner quinze jours à la concertation », avant d'attaquer le budget 2009 de Tisséo en justice. ■ H. M.