Des Opérations à nounours ouvert

— 

Pour la première fois de sa vie, Starlight est passé sur le billard. Gros chien en peluche noir et blanc, c'est sa maîtresse, Margot, élève de maternelle, qui l'a amené au bloc chirurgie de l'hôpital des nounours. Damien attend, lui, l'opération de Claire, son compagnon en synthétique tombé de vélo. L'hôpital, il connaît déjà : « Quand je suis allé voir une amie de ma mamie », explique-t-il d'une petite voix au docteur qui l'accompagne.

Depuis lundi, des étudiants en médecine, kiné ou dentaire opèrent, radiographient, diagnostiquent les maux des nounours des petits Toulousains. Installés à la maison des associations sur le site de la caserne Niel, tous participent bénévolement à la troisième édition de l'hôpital de nounours. « Notre objectif est de réduire l'appréhension des 4-7 ans. Une institutrice m'a raconté qu'un de ses élèves avait assuré au chirurgien qui devait l'opérer qu'on lui avait déjà tout expliqué à l'hôpital des nounours », raconte Jessica Gozlan, vice-présidente de l'association corporative des étudiants en médecine de Toulouse, à l'initiative de cet événement. « Ça dédramatise... mais on leur demande de ne pas apporter leur doudou, cela peut être trop affectif », souligne une institutrice. Cet après-midi et demain matin, l'hôpital des nounours ouvre ses portes à tous les parents et enfants*. ■ B. C.

* Inscription sur hopitaldesnounours@yahoo.fr.