Toulouse : On vous présente « Bobby », roi de la récup, qui meuble les étudiants à tout petits prix

BON PLAN Deux Toulousaines viennent de créer Bobby, un site où les étudiants peuvent se procurer des meubles de seconde main. Les deux amies livrent même à domicile

Hélène Ménal
— 
Pauline (devant) et Paula, les "bras" et têtes chercheuses de Bobby le déménageur;
Pauline (devant) et Paula, les "bras" et têtes chercheuses de Bobby le déménageur; — H. Menal - 20 Minutes
  • Le site Bobby propose aux étudiants des meubles de seconde main, mais en bon état.
  • Il a été créé par deux jeunes Toulousaines à la fibre écolo qui chinent en ligne les meubles de récup.
  • Dans leur fourgon, elles livrent même à domicile, façon déménageurs.

Meubler un appartement d'étudiant – avec sommier, matelas, bureau, table basse voire canapé – pour « en gros 300 à 350 euros ». Voilà ce que propose aux nouveaux arrivants toulousains le site Bobby. Bobby, comme « le pote musclé qu’on appelle pour un déménagement ». Si les deux copines, Pauline et Paula, qui se cachent derrière lui sont plutôt frêles, elles ont quand même adopté un look de déménageur au fil des dernières semaines : jean et baskets, tee-shirt ample. Il faut ça pour partir avec le fourgon, celui pour l’instant emprunté au père de Pauline, livrer les étudiants au centre-ville de Toulouse. D’autant qu’elles proposent une option « livraison dans l’appartement », quel que soit l’étage.

C’est Pauline qui a eu l’idée de créer Bobby, rejointe quelques mois après par son amie d’enfance. A 24 ans, et après des études d’ingénieur, à Paris pour l’une, Castres pour l’autre, elles sont rentrées chez leurs parents pour se consacrer à cette incursion forcément saisonnière, dans l’univers de la seconde main.

« On aurait bien eu besoin d’un Bobby pendant nos études », plaisante Paula. Et pas seulement pour des raisons financières. « C’est vraiment trop bête que la solution soit d’acheter des meubles neufs dans de grandes enseignes, même s’ils ne sont pas chers, alors qu’il y en a déjà tout en tas en circulation dans un état acceptable », expliquent en chœur les deux camarades à la fibre écolo devant leur caverne d’Ali Baba.

Une quête en ligne des meubles orphelins

Sommiers empilés, lampes à revisser et quantité de chaises s’entassent dans les box loués dans une entreprise de logistique de Saint-Orens. Pour se les procurer, les deux filles ont une technique bien à elles : « On écume les sites de vente en ligne et on repère les meubles qui restent longtemps », explique Pauline. Ensuite, elles appellent le vendeur en lui proposant de venir les débarrasser. Tout contents d’être ainsi délestés, les vendeurs acceptent souvent de faire don de la marchandise et ajoutent même à l’occasion des meubles bonus.

Ensuite, Pauline et Paula, nettoient, coupent les fils qui dépassent des tissus, se chamaillent parfois sur l’estimation. Puis direction le studio photo, en fait un box avec des draps blancs punaisés et un canapé pas encore vendu, et voilà les meubles sur le site. Comme le bouche-à-oreille a fonctionné au cours de l’été, certains donateurs se présentent spontanément : Toulouse Métropole pour des fauteuils de bureau (orange vintage) ou Science Po qui renouvelle une partie de son mobilier.

Dans l’esprit, les bonnes affaires de Bobby sont réservées aux étudiants. Mais évidemment Pauline et Paula ne « fliquent pas » les acheteurs. Elles se contentent d’une déclaration sur l’honneur. Et se réjouissent de voir, depuis quinze jours, que les jeunes qui attendent le combi du duo au pied de leur immeuble ont de bonnes têtes d’étudiants.