Toulouse : Coussin à eau, vélo-bureau, poufs… C’est quoi au juste ces nouvelles « classes flexibles » ?

RENTREE Assis sur un ballon ou à mouliner sur un vélo-bureau, les enfants d’une douzaine de classes de Toulouse vont faire l’expérience de la « classe flexible » à la rentrée. Explications

Hélène Ménal
— 
Une classe de l'école élémentaire de Borderouge à Toulouse. Illustration.
Une classe de l'école élémentaire de Borderouge à Toulouse. Illustration. — H. Menal - 20 Minutes
  • Quelque 35.000 pitchouns vont faire leur rentrée dans une semaine dans les écoles publiques de Toulouse.
  • Parmi eux, quelques veinards dont l’enseignant est volontaire vont tester les classes flexibles.
  • Flexibles, au sens ameublement du terme, avec des coussins flottants, des poufs et des vélos-bureaux.

Un coussin à picots rempli d’eau pour gigoter sans bouger de sa chaise (quitte à attraper le mal de mer), des élastiques pour se dégourdir les pieds pendant le calcul mental, ou carrément un vélo-bureau pour dépenser son trop-plein d’énergie tout en écoutant la leçon. Ce mobilier incongru ne figure pas dans un catalogue pour parents cools, il débarque pour cette rentrée – du moins tout le monde l’espère, les livraisons se font désirer – dans une douzaine de classes de Toulouse dont les enseignants sont volontaires pour l’expérimentation pédagogique des « classes flexibles ».

Ne vous méprenez pas, ce n’est pas l’école à la carte. Il s’agit juste d’une nouvelle façon d’occuper l’espace. « De plus en plus d’élèves ont des besoins particuliers, des troubles de l’apprentissage ou des difficultés de concentration, explique Marion Lalane de Laubadère, l’adjointe à l’Education. Ce mobilier peut venir calmer un enfant très agité ou favoriser sa concentration ».

Plus de place attitrée

Agnès Reyes, la directrice de l’école élémentaire de Borderouge, n’est pas à convaincre. Dans le cadre d’un autre programme, il dispose déjà depuis deux ans de deux vélos-bureaux « qui tournent de classe en classe en fonction des besoins ». « Bien sûr les élèves n’arrivent pas à écrire en pédalant mais c’est très efficace durant les activités collectives, où les enfants doivent écouter l’enseignant en étant passifs », témoigne-t-elle.

Classe flexible.
Classe flexible. - H. Menal - 20 Minutes

Les 26 (peut-être plus) élèves d’une classe de CM1-CM2 de l’établissement ne vont pas se contenter de pédaler. Ils vont passer au braquet supérieur avec leurs poufs, leur canapé, leurs gros ballons. « C’est une pédagogie particulière car cela signifie qu’il n’y aura plus de place attitrée dans la classe ». Et qu’il faut encore installer de nouveaux casiers puisque aucun élève ne pourra les remiser sous son bureau.

L’expérimentation fera l’objet d’un bilan pédagogique entre les enseignants et la mairie à la fin de l’année scolaire.