Les salariés de la filière s'inquiètent

— 

Le 25 mars, des états généraux sur la filière automobile en Midi-Pyrénées auront lieu à Toulouse. Hier, plusieurs de ses salariés, syndiqués CGT, ont été reçus à la préfecture pour évoquer notamment l'avenir des 280 employés de Molex à Villemur. « Nous avons demandé à ce que l'emploi y soit maintenu car ce n'est pas une entreprise en difficulté », a dénoncé Xavier Pétrachi, responsable Métallurgie à la CGT.

Des salariés de Comau Castres, fabricant de machines outils pour constructeurs automobiles, étaient également présents. A Bosch Rodez, le chômage partiel, c'est déjà une réalité. Les 1 900 salariés ne travaillent pas « entre une semaine et quinze jours par mois. On subit la baisse des programmes des constructeurs. Il n'y a pas encore de licenciements, mais on attend des éclaircissements sur les annonces du chef de l'Etat pour la filière, car on ne voit toujours rien arriver », dénonce Charlie Navarro, un délégué syndical de Bosch Rodez. ■