Le papy-boom va mettre une PME sur quatre sur le marché

— 

Un dirigeant de PME sur quatre de Midi-Pyrénées prendra sa retraite dans les années à venir. C'est le constat dressé par une étude de l'Insee qui vient d'être publié. « C'est l'effet papy-boom où nombre d'enfants d'après-guerre arrivent aujourd'hui à l'âge de la retraite. Cela a de nombreux enjeux, notamment le maintien d'activités de proximité comme la boulangerie », note Martine Tornero, auteur de l'étude.

« Nous allons avoir un chiffre important d'entreprises qui vont changer de main dans les cinq à dix ans qui viennent, c'est une véritable préoccupation car derrière ces transmissions ce sont des emplois », souligne Didier Cardinal, le président de la chambre régionale de commerce et d'industrie de Midi-Pyrénées pour qui « une transmission réussie est plus efficace qu'une création d'entreprise » : leur taux de survie trois ans après serait en moyenne de 30 % contre 40 % pour les créations. Ce responsable estime à 25 000 le nombre d'entreprises concernées sur la région. Côté artisans, ils seraient 10 000 à devoir transmettre leur société dans les prochaines années. Car même si la moitié des PME concernées n'ont pas d'employés, pour l'autre moitié cela représente « 72 000 emplois salariés, soit un emploi salarié sur trois », poursuit le rapport de l'Insee.

Les secteurs les plus touchés sont ceux de l'industrie et du commerce de gros, car là un dirigeant sur trois a plus de 55 ans. Mais également dans celui de l'hébergement touristique comme les hôtels ou les centres de vacances très touchés par ce phénomène. Il touche aussi inégalement les secteurs géographiques, l'axe Montauban-Toulouse-Foix étant plus épargné que le reste de Midi-Pyrénées. ■ B. C.