La connexion ne se fait toujours pas

— 

Les syndicats et la direction de l'usine Molex de Villemur ne sont toujours pas sur la même longueur d'onde. Hier, lors de sa visite sur le site, Philippe Martinez, le patron de la Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT, a jugé « insuffisantes » les propositions de la direction. Lundi, en préfecture, cette dernière s'est engagée à tenter de sauver « entre soixante et cent » des 281 emplois. En sous-traitant notamment sur place la fabrication des produits Molex en fin de vie. « Nous pouvons aussi assurer 24 mois d'activité à une autre structure d'ingénierie », précise Marcus Kerriou, le cogérant du site. Il affirme également que Molex compte abandonner « de nombreux brevets » au nouveau sous-traitant, afin qu'il se constitue sa propre clientèle dans la connectique. « On nous balade ! », juge Denis Parise (CGT), le secrétaire du CE qui reste persuadé qu'il existe des solutions pour sauvegarder tous les emplois. Mais le délai reste court. Car Molex confirme que l'objectif est de « fermer le site fin juin ». ■