Toulouse : « C’est quand même cool »… Le futur téléphérique montre sa cabine et attire les curieux

TEASER Le téléphérique urbain de Toulouse se fait plus concret grâce à la future cabine exposée pour dix jours en centre-ville

Hélène Ménal
— 
Près de Capitole, les Toulousains découvrent une des cabines de Téléo, le téléphérique urbain qui doit être mis en service fin 2021.
Près de Capitole, les Toulousains découvrent une des cabines de Téléo, le téléphérique urbain qui doit être mis en service fin 2021. — H. Menal - 20 Minutes
  • Le téléphérique urbain de Toulouse, le plus long de France, doit être mis en service d’ici la fin de l’année.
  • En attendant, une de ses cabines est exposée pour 10 jours en centre-ville.
  • Elle joue les aimants à selfies.

« Vous êtes sûr qu’on pourra y monter à 34 ? » Après les selfies touristiques près des pylônes géants sur les coteaux, plus besoin de lever la tête pour imaginer de quoi aura l’air Téléo, le téléphérique urbain qui doit être mise en service à Toulouse « d’ici la fin de l’année », pour survoler les bouchons – et la Garonne – entre l’Université de sciences, le CHU de Rangueil et L’Oncopole. Depuis ce vendredi matin, une des cabines, avec sa livrée bleu acier, est exposée sur le square De Gaulle, au beau milieu de la rue Alsace-Lorraine.

Acheminée en nocturne, dans un camouflage plastifié qui laissait penser qu’un container géant allait être installé derrière la place du Capitole, la cabine dévoilée a rapidement créé l’attraction.

Un aperçu de la cabine du futur téléphérique urbain toulousain.
Un aperçu de la cabine du futur téléphérique urbain toulousain. - H. Menal - 20 Minutes

Parmi les curieux, Josiane, une ex-Toulousaine revenue aux sources pour faire du shopping. « Avec tous les bouchons qu’il y a, c’est une bonne idée », juge la retraitée. Mais bon, elle suit l’actualité et décide qu’elle ne sera pas volontaire tout de suite pour prendre la voie des airs. Arthur, un étudiant venu de Lille, est beaucoup plus emballé.  « C’est quand même cool d’avoir le plus long téléphérique de France », s’enthousiasme le cycliste. Il n’a aucune raison d’aller à l’Oncopole ou au CHU mais il survolera volontiers la Garonne. Si le timing du projet lui en laisse le temps… Il quitte la Ville rose dans six mois.

La cabine va rester en centre-ville jusqu’au 6 juin. Bien d’autres passants auront donc l’occasion de se prendre en photo devant. Et de s’apercevoir, comme le rappelle le maire Jean-Luc Moudenc en souriant que ce nouveau mode de transport inédit n’a « rien à voir avec le téléphérique des œufs de Luchon ».

Plusieurs mois de ballet aérien à vide

Alors que le tirage des câbles est terminé, les 15 cabines qui équiperont Téléo devraient commencer leur « marche à blanc » au mois de juillet. « On pourra les voir tourner à vide pendant plusieurs mois », explique Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo.

Une fois mis en service, le téléphérique mettra 10 minutes à relier les deux terminus distants de 3 kilomètres à vol d’oiseau. Quelque 8.000 voyageurs par jour devraient opter pour ce moyen de transport « 30 fois moins polluant que la voiture ».