Déconfinement à Toulouse : Pour la sortie en famille au zoo, ils étaient tous « impatients » de retrouver les animaux

DAY-D Ce mercredi, l'African Safari, le zoo de l'agglomération toulousaine, a rouvert ses portes après plus de six mois de fermeture 

Béatrice Colin
— 
Déconfinement à Toulouse : Le zoo African Safari rouvre ses portes — 20 Minutes
  • Fermé depuis la fin du mois d’octobre, le zoo de Plaisance-du-Touch a rouvert ses portes au grand public ce mercredi 19 mai.
  • Entre soins des animaux et naissances, la vie de cette réserve zoologique ne s’est pas arrêtée durant le confinement.
  • Le parc espère voir son public, habituellement de 1.200 visiteurs par jour, retrouver le chemin de ce site qui héberge 600 animaux de 80 espèces différentes.

Au volant de sa voiture, Christèle est la première d’une file qui s’allonge de minute en minute ce mercredi matin. Elle ne fait pas la queue pour prendre place à la terrasse d’un café, mais attend que le guichet de l'African Safari de Plaisance-du-Touch rouvre. « Nous venons voir les guépards, mais aussi les loutres. Ce matin, nous étions tous prêts dès 9 heures, ça nous fait du bien de pouvoir se dire qu’on va pouvoir revenir ici, aller au cinéma ou au théâtre », explique cette habitante de la commune voisine de Colomiers, qui a suivi les aventures des animaux du parc sur les réseaux sociaux durant son confinement. Implanté dans l'agglomération toulousaine depuis cinquante ans, ce zoo, ouvert 365 jours par an habituellement, a dû fermer ses portes durant plus de six mois.

Abonnée, Christèle est accompagnée ce mercredi de ses deux enfants, Axelle et Arthur. Ce dernier trépigne, il a du mal à cacher sa joie de retrouver le bébé hippopotame, né cinq jours avant le début du confinement, mais aussi ses parents Pipo et Légère. Depuis le mois d’octobre, Nihahsah, petite mais déjà costaude, a pris du poil de la bête et peut désormais être vue du public au sein du bassin de la réserve africaine.

A l’instar des trente-trois animaux nés durant ces longs mois de fermeture. Car si les bars et espaces culturels ont tiré pour certains le rideau complètement durant cette période, la vie est loin de s’être arrêtée au sein de l’African Safari. Sur la trentaine d’employés du site, une dizaine de soigneurs ont été sur le pont pour veiller à nourrir les 600 animaux de 80 espèces différentes qui peuplent le parc.

Loin des allées et venues incessantes des 1.200 visiteurs qui viennent chaque jour admirer capucins, éléphants, lions et autres aras. « Pour les animaux, les études montrent que le confinement n’a pas changé grand-chose. Avec le retour du public, il y a une petite adaptation, nous allons veiller à leur comportement », explique Sylvie Clavel, la vétérinaire du site qui se fait plus de souci pour le respect des gestes barrières que pour la sociabilité de sa grande ménagerie.

Baisse du chiffre d’affaires

De retour à l’accueil, Emilie est aussi heureuse d’avoir repris le chemin du travail, après plusieurs mois de chômage partiel à attendre chez elle que le zoo rouvre. « J’étais pressée de recommencer, de voir les animaux. Ça permet de changer d’air et de renouer le contact avec les gens, tous me disent qu’ils étaient impatients de revenir », explique la jeune salariée de l’African Safari qui a dû faire face à une perte de chiffre d’affaires de 30 % ces derniers mois.

Or, les charges continuent à courir, notamment la nourriture des animaux sur laquelle on ne peut pas rogner. Alors, tous mettent les bouchées doubles et espèrent retrouver le grand public, plus adepte de déambulations en plein air pour ses sorties en famille. Comme l’été dernier.