Toulouse : Mis en examen pour avoir revendu des dizaines de voitures achetées sur Le Bon Coin avec des chèques en bois

TOUT BENEF Deux hommes viennent d’être mis en examen après une enquête d’un an menée par les policiers de Toulouse. 53 victimes ont été identifiées dans toute la France

H.M.

— 

Les voitures était revendues exclusivement en liquide. Illustration.
Les voitures était revendues exclusivement en liquide. Illustration. — A. GELEBART / 20 MINUTES

De recoupements en exploitation de la téléphonie, il a fallu un an aux enquêteurs du groupe « économie souterraine » de la sûreté départementale de Toulouse pour remonter jusqu’aux deux hommes qu’ils ont interpellés le 4 mai dans la région de Tours. Ils les soupçonnent d’avoir monté une vaste escroquerie à la voiture d’occasion et arnaqué, en l’état actuel des investigations, au moins 53 personnes dans toute la France.

Pour mener leur juteux business, les suspects, âgés de 24 et 33 ans, avaient d’abord créé une société fictive de négoce de véhicules et ouvert un compte bancaire, jamais alimenté, pour lequel ils possédaient donc un chéquier.

Revendues à moitié prix et en liquide

L’étape suivante a consisté à écumer les annonces sur Le Bon Coin et à démarcher les particuliers qui vendaient leur automobile. Le temps que ces derniers s’aperçoivent qu’ils avaient été payés avec un chèque en bois, le véhicule avait déjà été revendu à moitié prix et en liquide. De source policière, les 53 transactions repérées pour l’heure par les enquêteurs représentent un préjudice d’environ 644.000 euros, « pour un bénéfice avoisinant les 250.000 euros ».

Les deux hommes ont reconnu les faits durant leur garde à vue et ont été mis en examen dans la foulée par le juge d’instruction toulousain chargé de l’affaire. Les investigations se poursuivent pour retrouver les voitures.