Toulouse : Depuis trois mois, des élèves composent des menus de la cantine pour éviter le gaspillage

CONSOMMATION Pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les cantines scolaires, les élèves sont désormais associés à la composition des menus et à partir de septembre, certains vont étudier de près ce qu’ils jettent

Béatrice Colin
— 
Toulouse, le 18 décembre 2012. Cantine du groupe scolaire Jean Jaurés pour les primaires.
Toulouse, le 18 décembre 2012. Cantine du groupe scolaire Jean Jaurés pour les primaires. — Fred.Scheiber
  • Pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les cantines, la mairie de Toulouse a décidé de faire participer les enfants à la composition des menus, qui sont servis durant une semaine une fois par mois.
  • A partir de septembre, vingt écoles vont aussi disposer d’une balance connectée pour calculer la quantité de nourriture et biodéchets qu’elles jettent chaque jour et adapter en fonction la production de la cuisine centrale.

Les brocolis, beurk ! Les raviolis, miam ! Pas facile de composer un menu qui plaise à tous les enfants des cantines scolaires de la Ville rose. Et surtout d’avoir l’assurance que les assiettes des 35.000 petits Toulousains qui mangent chaque jour à l’école ne reviendront pas à moitié pleines. Pour tenter de limiter le gaspillage alimentaire en amont, depuis plusieurs semaines, la diététicienne responsable de la qualité à la Cuisine centrale a pris son bâton de berger et est allée à la rencontre des élèves pour savoir ce qu’ils aimeraient retrouver sur leur table le midi.

« Elle prend avec elle une classe, ils échangent et composent ensemble le menu, en respectant les règles diététiques et l’équilibre en ayant des fruits et des légumes. Et ces menus qu’ils composent ensemble, et qui sont donc choisis par les enfants, sont ensuite servis au cours d’une semaine. Cette expérimentation a eu lieu à trois reprises », explique Jean-Jacques Bolzan, l’adjoint en charge de la restauration collective.

Des balances connectées pour peser

C’est l’une des initiatives prises pour limiter les restes. Elle sera suivie d’une autre en septembre, où les utilisateurs des cantines seront à nouveau acteurs de leur consommation. « Vingt écoles vont être équipées de balances connectées. Ils vont pouvoir regarder, peser ce qu’ils jettent. Détailler s’il s’agit plus de certains plats ou de pain et, en fonction, adapter les menus de la cuisine centrale pour réduire le gaspillage », poursuit l’élu.

En 2019, une première expérience du genre avait été menée dans trois écoles maternelles et trois élémentaires durant quatre mois. Une série de tests avait été réalisée pour savoir par exemple à quel moment du repas servir le pain, proposer des parts entières et des demi-parts.

Autant d’expériences pour réduire le gaspillage alimentaire évalué chaque année à 10.000 euros par école maternelle et 13.000 pour une école élémentaire. Un enjeu de taille quand on sait qu’il y a plus de 200 écoles à Toulouse !