Toulouse : La roue peut-elle encore tourner pour la fête foraine Saint-Michel ?

BLOCAGE A Toulouse, une manifestation des forains n’a pas permis de faire avancer les négociations sur la fête Saint-Michel, toujours vouée à disparaître pour l’instant

H.M.

— 

Le montage d'une attraction de la fête foraine Saint-Michel sur le site du Zénith, à Toulouse. Archives.
Le montage d'une attraction de la fête foraine Saint-Michel sur le site du Zénith, à Toulouse. Archives. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

La démonstration de force ne leur a pas permis de décrocher le pompon. Les forains de la fête Saint-Michel, qui ont été informés le 31 mars par la mairie de Toulouse que la célèbre manifestation automnale ne pourrait plus se tenir sur le parking du Zénith​, ont manifesté en nombre – « au moins 200 personnes » ont-ils compté – ce mardi après-midi sur la place du Capitole.

Pour un coup d’épée dans l’eau. Ils souhaitaient être reçus par le maire en personne pour entamer des négociations. Seule une réunion avec les élus liés au dossier leur a été proposée. Ils l’ont refusée.  « La moindre des politesses, ça aurait été que le maire nous reçoive », peste Eric Daveque le président des forains. « Mais Jean-Luc Moudenc n’était pas dans les murs », répond Cécile Dufraisse, l’adjointe en charge des fêtes foraines.

Pas à Toulouse

L’élue indique toutefois que si cette rencontre avait eu lieu, elle aurait répété « la même chose qu’en mars » à ses interlocuteurs : « Il n’y a de site de 6 hectares où relocaliser la fête foraine sur le territoire de la commune ». Est-ce à dire qu’il pourrait y en avoir un dans la métropole ? Le Capitole ne va pas jusque-là mais la porte semble moins fermée que celle de l’hôtel de ville ce mardi.

« Certains nous ont parlé du nouveau parc des expos de Beauzelle », constate Eric Daveque sans se prononcer sur cette alternative. En tout cas le dossier n’est pas clos. Les forains « en colère » promettent d’autres manifestations et menacent d’aller crescendo