Les cadres bientôt en manque d'engagement

Béatrice Colin

— 

Si, en décembre, le chômage des cadres de Midi-Pyrénées avoisinait les 3,5 % seulement, les perspectives d'embauches pour 2009, elles, ne sont pas au beau fixe. Selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publiée hier, les entreprises prévoient une baisse de 23 % de leurs recrutements cadres par rapport à l'an dernier.

Au total, 5 300 postes seraient mis sur le marché. « Nous sommes sur de meilleures perspectives qu'au niveau national. Même dans une période difficile, les prévisions ne sont pas celles de 1994-1995, années les moins favorables », tempère Jean-Sébastien Fiorenzo, responsable du centre Apec de Toulouse. Mais entre prévisions et réalisations, il y a une différence. Fin 2007, les mêmes sociétés prévoyaient d'embaucher 10 000 cadres en 2008. Finalement, seuls 6 890 recrutements ont été réalisés sur la région l'an passé. Car souvent ces sociétés se fient à leurs attentes de commandes qui ne se concrétisent jamais. Selon ces résultats, les jeunes cadres et jeunes diplômés seraient les plus touchés. Si les secteurs des services, du commerce ou de l'aéronautique seront pourvoyeurs d'emploi, celui de la construction annonce une chute de 4 %. « Il est vrai que sur des postes de cadre dans le BTP, il y a six mois, nous avions beaucoup de demandes d'entreprises et nous ne trouvions pas un candidat. Aujourd'hui, on se retrouve avec quelques dizaines de candidats et moins d'offres », confirme Cédric Couget, responsable de l'agence Manpower cadres-ingénierie. « Cette crise nivelle aussi beaucoup les prétentions. Avant, il y avait beaucoup d'enchères sur les salaires. Aujourd'hui, cela se calme un peu », poursuit ce spécialiste. ■