Coronavirus à Toulouse : En mémoire des victimes de la pandémie, elle plaide pour la création d'une stèle hommage

INITIATIVE Après avoir perdu son père en novembre, emporté par le Covid-19, une Toulousaine aimerait que la municipalité érige une stèle en hommage aux victimes de la pandémie ainsi qu’aux personnels soignants

Béatrice Colin
— 
Anita Fernandez a perdu son père en novembre dernier du Covid-19. Elle plaide pour la création d'une stèle en hommage aux victimes.
Anita Fernandez a perdu son père en novembre dernier du Covid-19. Elle plaide pour la création d'une stèle en hommage aux victimes. — B. Colin / 20 Minutes

Anita Fernandez appartient à ces milliers de familles, celles qui ont perdu un proche du Covid-19 sans pouvoir lui avoir dit adieu. Matias, le papa de cette Toulousaine décédé en novembre dernier à l'âge de 83 ans. « Nous n’avons pas pu l’accompagner comme nous avions pu le faire lorsqu’il s’est battu contre le cancer, à trois reprises en dix ans. Il a passé une semaine en réanimation, la dernière fois que je l’ai vu il était sous morphine et ne nous a pas entendus. Son dernier souffle, je l’ai entendu au bout du fil », raconte avec émotion cette assistante maternelle du quartier des Minimes.

Difficile de faire son deuil dans ces conditions. D’autant que quatre mois après, les dernières volontés de son père d’être inhumé à Madrid ne sont toujours pas respectées. Pour continuer à se recueillir, et pour que chacun puisse le faire, Anita a décidé de promouvoir auprès des pouvoirs publics la création d’une stèle. A l’image de celle qui existe déjà dans la capitale espagnole depuis l’an dernier.

« Ce serait un monument sur Toulouse pour les personnes qui ont perdu un être qui leur est cher du Covid, pour rendre aussi hommage aux personnes du milieu hospitalier », plaide cette mère de famille qui va solliciter la mairie par courrier. Une sorte de monument aux victimes dans cette « guerre contre le virus qu’on n’arrive pas à combattre », poursuit-elle. Elle espère que derrière cette idée qui lui tient à cœur, elle sera soutenue par d’autres familles*, ainsi que par la collectivité qui attend son courrier pour pouvoir se prononcer sur ce projet.

*anitacorvi4@gmail.com