Comment faire sans la taxe pro ?

— 

A peine installée, la communauté urbaine de Toulouse (CUT) doit déjà faire face à la suppression de la taxe professionnelle, annoncée jeudi par le président de la République. « Cela représente 25 %, soit 250 millions, du budget consolidé de la Communauté Urbaine », précise Claude Raynal, deuxième vice président et président délégué de la CUT.

Pour son président, Pierre Cohen (PS), « le risque est de restreindre les capacités financières des collectivités et de solliciter la fiscalité des ménages ». La compensation de cet impôt local sur les entreprises inquiète aussi le président du département, Pierre Izard (PS). « En reportant le poids de cette taxe sur un nouvel impôt à payer par les ménages, le président se tromperait de chemin », estime-t-il. En Haute-Garonne, la taxe professionnelle représente 45,5 % des recettes de fiscalité directe, soit 16 % du budget départemental. L'impôt atteint 55 % des recettes de la région Midi-Pyrénées. ■