Coronavirus en Midi-Pyrénées : Le masque n’est pas obligatoire partout, on vous dit où on doit le porter

EPIDEMIE La préfète de l’Aveyron vient de reprendre un arrêté sur le port du masque obligatoire plus ciblé après avoir vu le sien annulé par le tribunal administratif

Béatrice Colin

— 

Sur le Pont-Neuf à Toulouse durant la période de crise sanitaire (Illustration)
Sur le Pont-Neuf à Toulouse durant la période de crise sanitaire (Illustration) — Fr�'d�'ric Scheiber/SIPA
  • Les règles concernant le port du masque obligatoire diffèrent d’un département à l’autre de Midi-Pyrénées.
  • S’il est obligatoire partout en Haute-Garonne, quelle que soit la taille de la commune, dans le Gers voisin c’est le cas uniquement dans 22 communes.
  • Le tribunal administratif de Toulouse vient d’annuler l’arrêté préfectoral de l’Aveyron qui couvrait tout le département, jugé disproportionné. La préfète vient d’en prendre un nouveau plus ciblé.

Le 20 janvier dernier, la préfète de l'Aveyron prenait un nouvel arrêté imposant le masque obligatoire sur l’ensemble de son département pour lutter contre l’épidémie de  coronavirus. Après le recours déposé par une habitante, le tribunal administratif de Toulouse a demandé à la représentante de l’Etat de revoir sa copie invoquant « une atteinte disproportionnée portée à la liberté d’aller et venir et au droit de chacun au respect de sa liberté personnelle ».

Ce n’est pas la première fois qu’un arrêté sur les mesures sanitaires est attaqué par des citoyens. Il faut dire que d’un département à l’autre de l’ancienne région Midi-Pyrénées, les règles sont loin d’être les mêmes.

Ville par ville

Mardi, la préfète de l’Aveyron a donc repris un arrêté, précisant cette fois les territoires où les habitants devaient en porter. C’est le cas sur celui de Rodez Agglomération, des communautés de communes de Larzac-Vallée, Decazeville-Communauté, Millau Grands Causses, Plateau de Montbazens et des communes de Villefranche-de-Rouergue, Espalion et Saint-Affrique.

Ailleurs, il faut se couvrir la bouche et le nez lorsqu’on se trouve dans un rayon de 30 mètres autour des établissements scolaires et universitaires, sur les marchés couverts et de plein vent, dans les supermarchés, les cimetières ou lors des rassemblements de plus de six personnes dans l’espace public. Par contre, aucun risque de prendre une amende lors des promenades du chien ou des balades dans les villages.

Comme pour l’Aveyron, l’obligation est restreinte à 22 communes dans le Gers, comme Auch, Condom ou encore Mirande.

Partout pour les plus de 11 ans

En Haute-Garonne, par contre, les deux habitants de la petite commune de Caubous sont assujettis au port du masque, comme l’ensemble de la population de la métropole toulousaine où le virus circule encore activement. Une mesure en vigueur depuis le 30 octobre dernier pour « toute personne de onze ans ou plus se déplaçant à pied » lorsqu’elle se trouve sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public.

Ceux pratiquants des activités sportives en plein air, se trouvant dans des « espaces naturels classés », et les personnes en situation de handicap en sont dispensées. Dans le Tarn-et-Garonne, les habitants sont logés à la même enseigne, tout comme ceux des Hautes-Pyrénées.

Non obligatoire, sauf exceptions

Dans le Lot, la situation est inverse, le masque n’est pas obligatoire, que l’on soit à Cahors ou Souillac. A quelques exceptions près selon un arrêté renouvelé mardi. Les habitants sont obligés de le porter lorsqu’ils sont plus de six regroupés dans un lieu public, sur les marchés, à proximité des établissements scolaires, des gares ou des zones commerciales. C’est aussi le cas dans le Tarn, à l’exception de certains quartiers de la ville d’Albi où il est obligatoire tout le temps.