L'Arsenal et Paul-Sab en embuscade

— 

Les facultés de Sciences sociales et de Rangueil n'ont pas encore officiellement décidé de rejoindre les universités déjà en grève contre la loi Pécresse. Toulouse I se réunit aujourd'hui en assemblée générale (AG) pour décider de la marche à suivre et le syndicat étudiant Unef espère une forte mobilisation. « Nous ne pourrons pas voter la grève si nous ne sommes pas assez nombreux, mais nous sommes confiants sur la mobilisation », explique Ludivine Labbé, sa présidente à Toulouse. A Paul-Sabatier, l'AG d'hier a été massive, plus de 500 étudiants s'étaient rassemblés, entourés du personnel et de quelques enseignants. « La grève a été votée mais dans la précipitation et en fin de séance », explique la syndicaliste. « Nous avons beaucoup débattu sur le financement des universités, ou sur la précarité des jeunes. Certains commençaient à quitter l'amphi quand le vote a eu lieu. Une autre AG a donc lieu [aujourd'hui] à midi pour clarifier la situation », conclut-elle. ■ C. B.